22/08/2007

Un peu d'histoire.

Tournai et ses villages : Chercq Nous visitons ce jour le dernier village situé sur la rive gauche de l'Escaut. Avec ses 303 hectares et ses 911 habitants, Chercq est "Le" village ouvrier du Tournaisis. Sous l'ancien régime, la paroisse de Chercq dépendait directement du chapitre cathédral de Tournai. Cette appartenance avait été confirmée par les bulles des papes Pascal II en 1108 et Clément III en 1190. En 1803, la paroisse est rattachée au doyenné d'Antoing, mais le 1 janvier 1979, l'évêque Jean Huard la rattache au doyenné de Tournai. Au XIVème siècle, Jean de Werchin, sénéchal du Hainaut, souhaita y fonder une Chartreuse, la construction de celle-ci fut approuvée en 1377. elle fut édifiée grâce à une donation de Chrétien de Ghistelles, prêtre à Tournai. En 1419, l'ordre des Chartreux racheta la seigneurie de Chercq à Gaucher de Rouvroy. La Chartreuse fut pillée en 1478 par les Bourguignons et dévastée par les Gueux en 1566. A peine restaurée, les alliés la ravagèrent en 1712. Joseph II supprima l'ordre en 1783. Les Chartreux étant à la tête d'une brasserie, le village compta de nombreux cabarets, ce qui permettait ainsi aux Tournaisiens d'échapper à la taxe frappant les alcools décidée par les Magistrats de la Ville. Chercq fait partie du bassin carrier du Tournaisis, depuis toujours on y extrait la pierre et une grande majorité des habitants du village travaillent, comme ils sont fiers de le dire, "al Roc", de là est née l'appellation de Roctiers, nom donné au gens du village. Le long de l'Escaut, des fours à chaux, constructions en pierres en forme de bouteille, se dressent encore, témoins d'un passé laborieux. Certains ont été restaurés et on y organisent de nombreuses activités durant l'été : visites, concerts, soirées de contes et de poësies, expositions. Ils sont aussi tout simplement un but de promenade le long du fleuve. Dans ce village, baignant dans le socialisme depuis la naissance du mouvement, la "Maison du Peuple" fut une des premières à s'ouvrir dans la région de Tournai. Elle fut un temps la rivale de l'église en pierre, au clocher bâti au centre de la façade, voisine de la ferme des Chartreux. Au bout d'une longue allée arborée en provenance de la chaussée de Saint Amand, on peut apercevoir, au milieu d'un immense parc, le château Thorn. La dynastie des Thorn apparaît dans le courant du XIXème siècle lorsque Charles Thorn, né à Marche-en Famenne en 1841, épouse Victorine Mombel-Lefebvre et vient se fixer à Chercq. S'associant à Goblet et Delwart, il exploite les carrières et fours à chaux. Lors de la dissolution de l'association, Charles Thorn conserve les installations de Chercq. Le 25 février 1874, il devint le bourgmestre libéral de Chercq, il le restera jusqu'à sa mort en 1897. Victor son fils, né à Chercq en 1872, suit les cours de l'ecole Royale Militaire où il deviendra l'ami du Prince Albert, futur roi des Belges (sous le nom d'Albert I). Il succèdera à son père en qualité de bourgmestre de la commune et sera anobli en 1934. Edouard Thorn, est né à Chercq en 1906, il reprendra les activités de son père et en 1950 deviendra administrateur de la Compagnie des Ciments Belges. A cette date, la C.C.B reprendra les activités de Chercq mais les abandonnera quelques années plus tard, ne conservant sur le site que les installations de stockage et de chargement des péniches situées sur les quais de l'Escaut. Autre natif de Chercq, Jean Du Fief, qui voit le jour en 1829, fut professeur de l'enseignement secondaire à Hasselt, Anvers et Bruxelles. Géographe, il publia notamment un "Abrégé d'histoire Universelle". Il fut un des membres fondateurs de la Société belge de géographie. Enfin le village peut aussi s'enorgueillir d'être le lieu de naissance du Vicomte Victor Buffin de Chosal, né en 1867, ce général de division était également compositeur de musique, on lui doit des oeuvres trop peu connues : l'opéra "Kaatje" créé en 1913, trois pièces pour orchestre : "Suite, Lovelace et les Villages de la Côte" ainsi que des "poëmes" pour violon et orchestre, "sonates pour violon et piano et d'autres mélodies et chansons Il est décédé à Etterbeek en 1953. Demain, notre article sera consacré, comme chaque vendredi, aux "Balades du Week-End en Wallonie Picarde "(sources : Tournai vers le futur" édité par l'ASBL Tourisme et Culture" et "Biographies Tournaisiennes " de Gaston Lefebvre).

10:57 Écrit par Gérard dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.